ACTUALITÉS

LE KARITÉ, UNE OPPORTUNITÉ ÉCONOMIQUE POUR LES FEMMES DU SAHEL

Or des femmes du Sahel

La production de beurre de karité est une activité ancestrale au Sahel. Les femmes, principales actrices de cette filière, souhaitent aujourd’hui devenir de véritables entrepreneures malgré les nombreuses difficultés auxquelles elles sont confrontées. L’exploitation écologique du karité est un réel levier de développement pour toute la communauté.

Le karité, l’arbre qui donne « l’or blanc »

Le karité (Vitellaria paradoxa parkii ) est un arbre soudano-sahélien qui pousse dans près de 20 pays, tout le long de la bande sahélienne parmi lesquels : le Sénégal, le Mali, le Burkina-Faso, le Niger, le Cameroun, le Tchad, le Soudan, l’Ethiopie,…

L’arbre a une forte valeur ajoutée environnementale : il apporte du couvert végétal et contribue à la bonne santé des sols. Son fruit est composé de pulpe, d’une ou de deux noix dans lesquelles se trouve l’amande transformée en beurre. D’une composition et d’une richesse nutritionnelle exceptionnelle, le karité se retrouve dans la cuisine et dans la cosmétique comme onguent de soin notamment.

Une excellente opportunité de lutte contre la pauvreté en milieu rural

Dans les zones rurales du Sahel, l’agriculture et l’élevage sont les principales sources de revenus pour les populations. Même si les sols sont de plus en plus détruits par le climat, ils regorgent de ressources naturelles capables de fournir aux populations les moyens de sortir de la précarité.

Le karité, un produit adapté au climat aride du Sahel, représente un potentiel économique impressionnant. Nos équipes interviennent au cœur des villages, aux côtés des organisations locales, pour les aider à exploiter à grande échelle cette ressource.

Pour développer leur activité, les femmes se sont organisées en coopérative. SOS SAHEL soutient ces coopératives en les équipant d’unités de production modernes, dotées de machines qui remplacent les fours à combustion (polluants et dispendieux en bois). Les productrices bénéficient de formations pour produire du beurre de meilleure qualité (certification bio), et diversifier leur production pour toucher de nouveaux marchés.

Les bénéfices sont nombreux : 

  • Les femmes travaillent ensemble et créent une vraie dynamique entrepreneuriale dans leur village.
  • Leurs revenus augmentent et améliorent le niveau de vie de leurs familles.
  • Les arbres de karité sont valorisés et donc protégés.

Une bonne exploitation du karité permettrait de sortir de nombreuses familles de la pauvreté.

Un marché dynamique, source d’opportunités économiques pour les femmes rurales

La production mondiale de noix de karité augmente depuis ces 20 dernières années. L’organe de recherche Transparency Market estime le marché mondial du karité à 3,5 milliards d’ici 2028. Les Pays-Bas sont le plus grand importateur de beurre de karité, suivis du Danemark et de la France.

Les pays de l’Afrique de l’ouest (Le Burkina Faso, le Nigéria et le Mali) sont les premiers exportateurs de karité dans le monde*.  Au Burkina, le karité est un produit central de l’économie. Deuxième exportateur du beurre de karité et premier producteur du noix de karité, ses exportations sont passées de 52,7 millions de dollars à 61,8 millions de dollars américains, en trois ans, selon l’Agence d’informations du Burkina Faso (AIB).

Les femmes sont les principales artisans de cette activité. 

ÉQUIPER, FORMER, MOBILISER LES FEMMES

Toutefois les revenus du karité ne profitent pas pleinement aux populations locales. Les groupements de femmes productrices manquent souvent de compétences pour structurer leur action et créer des relations durables et équitables avec les autres acteurs de la filière. Elles souffrent d’un manque de connaissance sur les potentialités du marché et subissent parfois la concurrence de firmes internationales.

Avec les femmes de la Province du Houet (au Burkina Faso), SOS SAHEL a depuis plus de 10 ans développé un vaste programme de professionnalisation de la production et de la vente de karité. À chaque étape, du ramassage des amandes au pied des arbres à la vente sur les marchés locaux et internationaux, les femmes gagnent en compétences afin de tirer un meilleur revenu de leur activité.

Adjara Tiemtoré, Responsable commerciale de l’Union des groupements de productrices des produits du karité de la Province du Houet, déclare fièrement “nous sommes l’une des premières structures à avoir reçu le label de commerce équitable au Burkina Faso. Grâce à la vente de beurre de karité de meilleure qualité et parfaitement conditionné, les productrices parviennent à dégager un meilleur revenu.”

A Kati (une commune au Mali), avec l’appui de SOS SAHEL, les femmes ont appris à s’organiser en groupements pour avoir plus de poids économique et avoir des revenus complémentaires plus importants et plus stables.

Devant des bénéfices encourageants, notre modèle d’accompagnement au développement, basé sur une logique durable, a vocation à être adapté dans d’autres pays du Sahel.

*https://www.agenceecofin.com/agro/2904-76154-le-karite-source-d-opportunites-economiques-pour-les-femmes-africaines-mais-pas-que

 

Previous ArticleNext Article