NACHBO « Nous serons rassasiés » !
Vaincre la malnutrition dans la Province du Guéra au Tchad

La Province du Guéra, terre de contradiction :
une région riche marquée par l’insécurité alimentaire 
 

La Province du Guéra est à 83% rurale. Bien que disposant d’énormes potentialités en ressources naturelles comme de grandes étendues de terres cultivables, des produits forestiers et miniers très variés, et malgré une pluviométrie suffisante pour la région, le Guéra figure parmi les provinces les plus affectées par l’insécurité alimentaire, avec 54 % de la population touchée et un taux de malnutrition de 25%*, l’un des plus élevés au Tchad. Comment expliquer ce paradoxe ? 

A Mongo, les habitants se lèvent avec la Reine du Guéra, cette majestueuse chaine de montagnes représentant une femme allongée sur le dos avec sa couronne, surplombant le chef-lieu de la Province du Guéra, située à 400 km de N’Djaména, la capitale tchadienne.

Malgré un environnement verdoyant et riche, l’insécurité alimentaire persiste. Elle résulte de la combinaison de plusieurs facteurs. Pour commencer, même s’il pleut suffisamment, l’eau de pluie tombe de façon disparate sur la province. Sa répartition et sa conservation sont mal gérées. Le changement climatique perturbe chaque année les campagnes agricoles. L’installation tardive des pluies, les sécheresses ou les inondations permettent de moins en moins aux produits agricoles de couvrir les besoins sur les 12 mois de l’année.

Les causes sont également humaines. On constate de plus en plus une dégradation des terres à cause de pratiques agricoles inadaptées. Par ailleurs, les ressources agricoles sont insuffisamment exploitées. En effet, les producteurs et les productrices n’ont pas les moyens de les transformer pour en dégager la valeur adéquate. Enfin les aliments nécessaires à une bonne nutrition sont peu disponibles dans la région en raison de la mauvaise performance des systèmes de production agricole. Et pour les familles pauvres, ils sont peu accessibles du fait de leurs prix élevés.

 « L’agriculture et l’élevage sont les deux mamelles de notre pays. C’est pourquoi nous accueillons avec beaucoup d’espoir et de motivation le programme NACHBO ! Et avec l’ambition que l’agriculture couvrira la sécurité alimentaire de toute la population de la Province du Guéra d’ici 4 ans. », M. Koss Nagué, le délégué provincial de l’agriculture.

Inverser la courbe de la malnutrition d’ici 4 ans  

Pour lutter contre le fléau de la malnutrition, SOS SAHEL et ses partenaires ont démarré au mois de juin la mise en œuvre du programme NACHBO qui signifie « Nous serons rassasiés » en langue arabe.

L’objectif est d’améliorer durablement les revenus et la qualité d’alimentation et de nutrition des populations par un accroissement de la performance des systèmes de production, de transformation et de commercialisation des produits agricoles.

Nous avons planifié plusieurs priorités d’actions sur le terrain. Nous accompagnerons l’organisation des producteurs et des productrices autour de filières porteuses comme le sorgho, l’arachide, le sésame, la gomme arabique et la mangue. Nous apporterons un appui technique mais également en matériel agricole et en semences de qualité et adaptées à la zone pour booster la production.

Dans un second temps, nous réaliserons des forages pour l’arrosage des produits maraichers, nous mettrons en place des structures de stockage pour les suppléments récoltés et des unités de transformation. Enfin nous formerons les producteurs, et en particulier les productrices, à des activités de transformation et de commercialisation des produits, afin qu’ils aient de meilleurs revenus et les moyens d’assurer les besoins de base de leur famille. 

Pour lancer la campagne agricole en juin, l’ONG NAGDARO, notre partenaire local, a réalisé une distribution de semences améliorées auprès de 75 familles identifiées dans des villages à Niergui et Djakinki.

Tout le monde est optimiste. Suite à la mise en œuvre effective de ces activités avec l’implication des communautés rurales, M. Etienne Djedangombaye, le directeur pays de SOS SAHEL au Tchad, nous assure que nous verrons la courbe du taux de la malnutrition baisser dans les deux ans puis s’inverser d’ici quatre ans.

3000 producteurs de huit cantons, dont 70 % de productrices,
seront concernés et directement impliqués dans les activités.
Et au total plus de 550.000 habitants de la Province du Guéra amélioreront
leurs conditions de vie sous l’impulsion économique et sociale de la région.  

 

*Source OMS

Previous ArticleNext Article