ACTUALITÉS

Dieïnaba, une infirmière en Mauritanie, invente un système de lavage des mains pour contrer le coronavirus dans son village

Dans certaines régions du Sahel, le manque d’eau courante est une difficulté quotidienne. Et le risque de propagation de la pandémie de coronavirus dans ces régions inquiète encore plus ces populations déjà vulnérables. Les mesures protectrices préconisées par les autorités, dont le lavage des mains, ne sont pas toujours faciles à adopter.

Pour pallier au manque d’équipements de base et de système d’assainissement pour avoir l’eau courante, Dieïnaba, une infirmière à Ngoral Guidalla, une localité en Mauritanie, a imaginé ce mécanisme simple de lavage des mains (voir la vidéo).

L’objectif de cette méthode est d’économiser l’eau utilisée pour se laver les mains, un geste qui doit être effectué plusieurs fois par jour, mais aussi et surtout d’éviter les contaminations par l’utilisation par plusieurs personnes d’un satala (un théière en plastique) qui sert de contenant d’eau pour le lavage des mains dans les villages. Ce système “traditionnel” de lavage des mains multiplie les risques de contamination et n’est pas adapté aux mesures de protection.

La crise sanitaire mondiale fait appel à des actes de solidarité et à des élans de mobilisation citoyenne dans toutes les régions touchées ou menacées. Au sahel, nos équipes soutiennent toutes les initiatives portées par les populations locales.

L’approche de SOS SAHEL est de soutenir les initiatives des Sahéliens pour leur permettre d’acquérir les outils indispensables à leur développement.

Previous ArticleNext Article